Mes loisirs

À tout juste 30 ans, Elie Soheen publie « À la croisée des rêves », son premier roman. Il nous fait découvrir une histoire pleine de mystère et de sensibilité. Découvrez le parcours de ce jeune auteur villebonnais, impatient de partir à la rencontre des lecteurs.

Présentez-nous votre premier roman.


« À la croisée des rêves » est une histoire fantastique aux accents de thriller. Isobel, jeune Écossaise, vit une existence solitaire dans un petit village des Highlands. Derrière sa nature réservée se cache un don extraordinaire : le pouvoir de voyager dans son sommeil à travers le monde des rêves et de les manipuler. Une rencontre mystérieuse va la plonger dans une aventure inattendue.


Quelles ont été vos sources d’inspiration pour créer cette histoire ?


La chanteuse Björk a un jour déclaré : « Je me dois de recréer l’univers chaque fois que je me lève et de le tuer chaque fois que je me couche ». J’ai pris le parti inverse : imaginer un personnage qui crée un univers chaque fois qu’elle se couche et le détruit quand elle se réveille. L’action se situe en Ecosse, un pays qui dégage une aura mystérieuse parfaite pour cette histoire intimiste, parfois sombre, s’attardant sur les ressentis et la sensibilité.


Comment est née Isobel ?


Mon héroïne est originaire d’un précédent roman que je n’ai jamais publié. J’aimais ce personnage plutôt solitaire, à la sensibilité exacerbée par ses pouvoirs qui l’ont peu à peu isolée. Sa quête va la conduire à sortir de sa zone de confort pour se révéler.

Il s’agit de votre premier roman mais vous écrivez depuis longtemps.

J’ai débuté vers l’âge de 13 ans par des chansons et des poèmes. J’ai ensuite imaginé de courtes histoires, des fanfictions (récits dérivés d’univers littéraires ou cinématographiques déjà existants) ou des textes dans des forums de jeu de rôle. En 2005, j’ai rejoint l’association « les Stylauteurs » en Martinique. Ce collectif créé par Nadia Chonville, une jeune autrice, réunissait des ados passionnés d’écriture. Nous pouvions nous rencontrer, échanger, partager des conseils… Plus tard, je me suis essayé au roman mais c’est un exercice parfois diffi cile à terminer. Je suis très perfectionniste, je doute souvent et les premiers résultats me satisfaisaient peu. Le processus se révèle assez différent de l’écriture sur Internet où je pouvais publier un chapitre par mois avec un retour direct des lecteurs.

En quoi « À la croisée des rêves » a-t-il été différent ?

L’intrigue est totalement originale là où mes précédents écrits étaient inspirés d’histoires déjà vues ou lues. « À la croisée des rêves » présente un univers sorti intégralement de mon imagination. Ce processus de création s’est révélé très motivant et l’intrigue s’est construite plus librement. C’est une oeuvre qui me ressemble davantage. Après des années à créer des histoires de fantasy avec une profusion de personnages et des univers fi ctifs, j’ai voulu me recentrer sur une intrigue plus épurée. Cela m’a permis de mieux développer le parcours et la psycholo-
gie de mon héroïne.

Aujourd’hui, le roman a pris corps chez un éditeur.

Lors d’un salon du livre, j’ai déposé les trois premiers chapitres de mon roman à l’éditeur Inceptio. J’espérais un simple avis. Ils m’ont répondu trois jours plus tard pour m’encourager à poursuivre dans cette voie. Ce retour positif m’a beaucoup motivé ! Une fois le roman terminé, je l’ai envoyé à une dizaine de maisons d’édition dont la ligne éditoriale était proche de mon livre. Inceptio était mon premier choix car j’appréciais leurs publications. Par chance, ils ont été les premiers à me donner une réponse positive !

Quel est votre état d’esprit à la sortie de ce roman ?

J’ai du mal à réaliser. Tout me semble un peu irréel. Après des années à écrire pour moi ou pour des lecteurs que je connaissais via des forums, il est étonnant d’imaginer des inconnus s’intéresser à l’une de mes histoires.
Le contexte sanitaire m’empêche pour l’instant de participer à des salons du livre mais j’espère très vite y remédier. J’ai hâte de rencontrer des lecteurs. En attendant, je reste disponible pour échanger sur les ré-
seaux sociaux.

Avez-vous un message à partager avec les lecteurs villebonnais ?

J’espère qu’ils prendront le temps de découvrir cette histoire. J’aime la vie à Villebon et j’ai passé de longues heures d’été à écrire des passages de « À la croisée des rêves » sur les bords de l’Yvette. Des habitants m’y ont certai-
nement croisé au cours de l’année dernière.

Quelle sera la suite pour vous ?

Je suis heureux de pouvoir partager cette première histoire. Les lecteurs découvriront que des pistes y sont lancées pour poursuivre l’aventure si le livre rencontre son public. J’ai-
merai continuer dans cette voie et avoir l’opportunité de publier d’autres ouvrages.

Instagram : @elie_soheen
Facebook : Elie Soheen
eliesoheen.fr

« À la croisée des rêves »

Éditions Inceptio


« Et si les rêves étaient en fait des myriades de dimensions parallèles ? Chaque fois que l’on s’endort, notre esprit crée un monde éphémère qui se désagrège à notre réveil. Mais Isobel possède un don particulier : celui de se projeter dans ces dimensions, de les altérer, voire d’en restituer les images dans le monde de l’éveil ».
À emprunter à la Médiathèque

Submit to FacebookSubmit to Google PlusSubmit to TwitterSubmit to LinkedIn